Accueil - Ville de Saint-Juéry Accéssibilité RSS
Vous êtes ici : Accueil du site » Agenda » Conférence "la résistance 39-45 dans le Tarn"

Conférence "la résistance 39-45 dans le Tarn" - Samedi 12 décembre

Conférence "la résistance 39-45 dans le Tarn" -

L’association Saint-Juéry Patrimoine organise une conférence présentée par Jacques Galinier samedi 12 décembre à 17h, à la Gare de Saint-Juéry.


"Dans le département, on sait que la Résistance était composée de toutes les couches sociales et de toutes les diversités professionnelles et confessionnelles. A St-Juéry, la présence du Saut du Tarn ne devait pas échapper à l’éclosion de l’esprit de Résistance parmi les ouvriers et d’un certain nombre de cadres de l’usine.

Ainsi, dés la fin de 1943, de petits groupes devaient se former, d’abord par l’idéologie, puis par la conviction. Les premiers contacts furent établis en toute discrétion, auprès de ceux dont la mission était de penser au recrutement. Ces agents, appartenant tous aux réseaux de renseignements de la clandestinité, surent rapidement sensibiliser deux ou trois membres de l’usine, afin de créer une base pour les actions futures.

La présence, à proximité du groupe « Armagnac » structuré et parfaitement impliqué dans des actions de sabotage quotidiennes et correctement entrainé, conduisit le Chef des FFI du Tarn, le Colonel Durenque (Redon), à créer sous les ordres d’Armagnac un groupe unique pour former le Corps France N°1 du Tarn et constituer une réserve départementale pour venir en aide aux autres unités de résistants suivant besoins. Comme Armagnac était déjà responsable de l’A.S. (Armée Secrète) du Tarn, son groupe, après la fusion, avec les éléments de St-Juéry, resta A.S. pour la suite des évènements…

Les jeunes saint-juérien, à peine enrôlés, furent mis à l’épreuve deux semaines après leur arrivée. Ils devaient participer, en partie à la bataille de la Tibarié le 21 juin. Deux d’entre eux, Irissou et Estournet, sous la responsabilité de Camille Guittard, le frère d’André, eurent l’honneur d’ouvrir les hostilités au carrefour de la Tibarié en détruisant un camion allemand, tête de convoi, qui venait de Castres. Ce fut le début d’un combat sporadique, mais intense par moments, qui dura plus de six heures… "

« Retour à l'agenda